L'essentiel
Bernard Farges déclare la guerre aux pesticides…

Lors de l’assemblée générale du CIVB qui s’est tenue à Bordeaux le 25 avril, Bernard Farges, son président, s’est engagé fermement contre les pesticides : “La filière des vins de Bordeaux a pour objectif la diminution forte, voire même la sortie de l’usage des pesticides”. L’émission Cash Investigation, les dépôts de plainte en cours, la critique souvent virulente d’associations et d’écologistes, mais aussi de l’Etat via Stéphane Le Foll qui a comparé les produits phyto à des bombes à retardement, ont convaincu le président du CIVB d’enfoncer le clou. Tout en rappelant qu’il ne s’agit pas d’une nouveauté, celui qui est également président de la CNAOC signale “le travail déjà accompli … pour lequel nous pouvons sans crainte supporter la comparaison avec d’autres”.
…. “Que chacun prenne ses responsabilités”, dont l’Etat
Sachant que le processus sera long, avec des solutions “diverses et complémentaires”, Bernard Farges prône une viticulture de précision, l’utilisation de cépages résistants actuellement bloqués par des procédures administratives, tout en critiquant le “cynisme” des firmes phytosanitaires qui préconisent le port d’EPI (équipement de protection individuelle) “au-delà du délai de réentrée sur les parcelles. Ou bien le délai est adapté, ou bien les molécules doivent être retirées”. Ce qui renvoie la balle à l’Etat qui accorde les autorisations de mise sur le marché. “Que chacun prenne ses responsabilités” conclut Bernard Farges. Céline Vuillet. (VSB 1556 du 29 avril 2016)