L'essentiel
Ackerman bien placé pour reprendre le Château de Sancerre

Si tout se passe sans encombre, le négociant saumurois Ackerman est en passe d’ajouter un joli fleuron à ses actifs. Après avoir été validée par la Safer, son offre de reprise du Château de Sancerre, devrait être officialisée par les pouvoirs publics d’ici au 30 juin. Ackerman aurait été préféré à bon nombre de candidats dont des vignerons locaux et un groupe de caves coopératives. La reprise – pour un montant de 20 M€ – concerne le château, les bâtiments et matériels et 55 ha de vignes. « Le tout en très bon état, avec du personnel autonome », assure Bernard Jacob, le directeur général d’Ackerman.  Seul le secteur commercial sera à restructurer. Le château de Sancerre qui affiche un chiffre d’affaires annuel de 3,5 M€, était jusque-là propriété de la Société des Produits Marnier-Lapostolle (créatrice du célèbre Grand-Marnier), rachetée en 2016 par le groupe Campari, qui se sépare un à un de tous ses actifs viticoles. Pour Ackerman, l’objectif est de poursuivre son développement en vins tranquilles, alors qu’elle a bâti sa renommée et son image sur les appellations de bulles de Loire (crémant de Loire, saumur, vouvray). Tout en continuant à investir dans des exploitations, même si après avoir réalisé d’importantes opérations de croissance externe ces dernières années, la filiale du groupe coopératif Terrena était plutôt dans une logique de stabilisation des actifs, mais l’occasion était trop belle d’accroître son potentiel de production avec une belle AOC, sur laquelle la société était aux achats à hauteur de 500 à 1000 hl selon les années. Au total, via ses achats dans les vignobles depuis 5 ans, elle exploite quelque 350 ha. Patrick Touchais (VSB 1608 du 16 juin 2017)