L'essentiel
UE : moins de vins en perspective en 2014

Stocks de vins toujours au plus bas, des prix stables voire en augmentation dans certaines régions productrices d'Europe, ce sont les perspectives que dresse le COPA-COGECA du secteur vinicole dans l’UE cette année. La cause ? Une production en retrait sensible par rapport à 2013. Selon Thierry Coste, le président du groupe de travail “Vin” du COPA-COGECA, qui intervenait lors d’une conférence de presse, à Bruxelles, vendredi 17 octobre “La récolte de cette année devrait atteindre quelque 157,7 M hl, ce qui représente une baisse de 9,9% par rapport à l'année dernière (NDLR : 174,9 Mhl en 2013 et 151 Mhl en 2012)”. Au 1er rang la France produirait 45 Mhl, contre 44 Mhl en 2013. Viennent ensuite, pour les principaux pays producteurs : l'Italie (41 Mhl contre 46,4 Mhl en 2013), l'Espagne (40,8 Mhl c/ 50,6 Mhl), l'Allemagne (9,4 Mhl contre 8,4 Mhl), le Portugal (5,9 Mhl c/ 6,2 Mhl), la Roumanie (4 Mhl c/ 5,9 Mhl), la Hongrie (2,7 Mhl c/ 2,6 Mhl), la Grèce (2,6 Mhl c/ 3,7 Mhl), l'Autriche (2,2 Mhl c/ 2,2 Mhl) et la Bulgarie (1,2 Mhl c 1,3 Mhl). En 2014 les conditions de culture ont été très différentes selon les zones, précise le COPA-COGECA. Il faut ainsi s’attendre à de grandes différences dans la qualité des raisins, parfois au sein d'une même région, a précisé en substance Thierry Coste qui a aussi rappelé les grand écarts, en volumes, des récoltes de ses trois dernières années à cause, notamment, des sécheresses et des inondations. Autant de facteurs qui donnent toute son importance à la réglemen-tation des droits de plantations “pour tous les types de vins… pour atténuer l'extrême volatilité observée sur le marché”, conclut le président. (Pierre d’Ornano) (VSB 1489 du 24 octobre 2014).