L'essentiel
2017, année de changement pour Interloire

5,7 M€. C’est le montant du budget dont s’est doté Interloire pour l’année 2017. Le chiffre a été entériné en assemblée générale mi-décembre à Tours. Il a été bâti sur des bases similaires à celui de 2016, même si on ne connait pas aujourd’hui les volumes commercialisés. Certes, la récolte a été moindre en Val de Loire, mais les opérateurs vont certainement jouer sur les stocks, et on pourrait, au final, être proches des volumes sortis sur l’exercice écoulé, soit quelque 1,7 Mhl. Le budget se répartit en trois grandes masses : le fonctionnement pour 20%, la filière pour 40% (la technique, l’observatoire économique, la participation à Vin et Société, ainsi qu’au programme national contre le dépérissement de la vigne…), et la communication pour 40% également, dont 75% est dédié à l’export, avec pour pays cibles : le Benelux, le Royaume-Uni, l’Allemagne pour l’Europe, les Etats-Unis et le Canada, et une nouveauté : l’Australie. Cette année 2017 sera aussi celle de nouveaux changements pour Interloire. Après s’est recentrée sur des missions transversales en abandonnant la communication propre aux AOC, en juin prochain, lors de l’assemblée générale, l’interprofession des vins de Loire accueillera en son sein, les IGP du Val de Loire. Ce sera aussi l’occasion d’élire de nouveaux membres, dont le président, issu logiquement des rangs du négoce. En attendant, l’actuel président Gérard Vinet aura une nouvelle fois à faire face à la fronde des anti-CVO, actifs dans la région pour une rencontre judicaire devant le TGI de Tours le 24 janvier. Patrick Touchais (VSB 1585 du 6 janvier 2017)